J’me tire à Disneyland

Mais qu’ont-ils tous avec Disneyland ?

J’étais jusqu’à il n’y a pas si longtemps toujours passé à côté de la folie Disneyland et de la passion qu’ont beaucoup de personnes pour ce parc d’attraction.

Je n’y suis allée que tardivement pour la première fois de ma vie (je devais avoir 16 ans je crois) et j’y suis retournée deux, trois fois par la suite, mais toujours uniquement dans le parc principal.
Bien qu’appréciant certaines attractions, je n’avais jamais été prise plus que ça dans l’univers et ne connaissant pas les trucs et astuces pour optimiser le temps à Disneyland, je trouvais surtout dommage de passer autant de temps dans les files d’attente pour ne faire au final que très peu d’attractions dans la journée.
Les bilans de mes trois, quatre premières expériences à Disneyland se résumaient donc à beaucoup d’attente et de fatigue pour peu de fun finalement.

J’ai donc vite été saoulée et plus motivée à y aller et je n’y ai pas remis les pieds pendant plusieurs années, me demandant comment les gens pouvaient être si enthousiastes à l’idée d’une journée à Disneyland et pourquoi ce parc suscitait autant d’engouement chez tant de gens, jamais atteinte par la magie Disney dont beaucoup parlaient…

Puis mon frère est arrivé…

Depuis quelques années mon frère vit à Champs-sur-Marne, à quelques kilomètres seulement de Marne-la-Vallée, et comme beaucoup de ses amis vivant dans le coin, il a décidé de s’offrir un pass annuel Disneyland Paris.
Il y va donc très régulièrement et a vite été mordu par l’univers Disney auquel je faisais référence toute à l’heure. Il connait désormais les deux parcs comme sa poche, Disneyland étant presque sa deuxième maison.
Il aime partager sa passion pour Disney et adore emmener les gens avec lui pour une journée là bas, ravi de pouvoir faire le guide et raconter tout ce qu’il sait sur l’histoire et les fun facts du parc.
Il nous a donc longtemps tannés, ma sœur, ma mère, mon beau-père et moi pour que l’on se prévoit une journée en famille à Disneyland, d’autant que l’on pouvait bénéficier d’un tarif réduit avec les « places amis » accompagnant son pass annuel.
J’ai pas mal esquivé pour ma part et fait trainer le projet un moment, n’étant pas emballée par l’idée d’une nouvelle journée à Disney. Puis, pour lui faire plaisir et pour partager ce moment avec le reste de ma famille, je me suis finalement laissée convaincre, mon frère n’était pas à cours d’arguments : « Les gens qui passent leur journée dans les files d’attente à Disneyland sont les novices qui ne connaissent pas le parc, mais avec moi vous verrez, tout va être optimisé pour que l’on fasse un maximum d’attractions. Je sais comment il faut s’organiser pour que tout s’enchaîne parfaitement, j’ai un programme rodé et validé par tous les gens que j’ai emmenés… » et j’en passe et des meilleures.
Soit ! Que sa volonté soit faîte, on va la passer cette foutue journée en famille à Disneyland, je ferai ma B.A. pour la décennie et ensuite je serai tranquille : voilà dans quel état d’esprit j’y suis allée.

L’effet Disney addict est contagieux !

Vous l’aurez vu venir, contre toutes attentes, j’ai adoré cette nouvelle expérience à Disneyland ! Il faut dire que depuis la dernière fois que j’y étais allée, les choses ont pas mal évoluées, puisque le parc Studio s’est beaucoup développé et que le concept des « fast pass » a été lancé.
N’étant jusque là jamais allée dans le parc Studio, j’ai vraiment adoré découvrir cette partie et les supers attractions qui s’y trouvent. J’ai beaucoup aimé l’univers, l’atmosphère qui règne au Studio et alors, les attractions, n’en parlons pas ! J’ai adoré Némo, j’ai adoré Rock et j’ai surkiffé la Tour de la Terreur, qui est pour moi la meilleure attraction de tous les temps, qui offre des sensations qu’aucune autre ne procure.
En arrivant dès l’ouverture du parc et en utilisant les « fast pass », on a pu faire une douzaine d’attractions dans la journée, ce que je n’aurais jamais imaginé possible. C’est vrai qu’avec cette astuce, on n’attend beaucoup moins pour les attractions les plus populaires et les plus sensationnelles et on en fait donc plus, c’est top !
Et puis avec les conseils de mon frère, les anecdotes qu’il partage, les petits secrets sur le parc qu’il connait, j’ai vraiment découvert Disneyland d’un œil nouveau et cette fois j’ai été embarquée dans l’univers et prise par la magie du lieu. J’ai eu l’impression de découvrir Disneyland pour la première fois à 28 ans et cette fois-ci j’ai complètement été séduite par l’univers et l’esprit Disney.

Une parenthèse enchantée

Je parle d’expérience parce que cette journée a réellement été hors du temps pour moi : ce genre de moment où tu plonges dans une atmosphère, où tu es transporté, où tu oublies tout et ne fait que profiter de l’instant présent.
Moi qui étais jusque là hermétique à cette magie de Disneyland, je suis désormais une convaincue. Oui, j’ai été piquée à mon tour et je suis moi aussi maintenant atteinte du syndrome Disneyland.
J’ai compris pourquoi les gens aiment tant y aller : parce que c’est un endroit qui fait du bien, où règne une ambiance chaleureuse, joyeuse, festive, où on oublie ses soucis et ne fait que s’amuser le temps d’une journée, où on se sent léger, où on retombe en enfance. Et qu’importe son âge, je crois qu’on a tous besoin de temps en temps de déconnecter avec la réalité et de vivre des moments hors du commun et hors du temps.
C’est ce qu’apporte Disneyland je trouve. C’est un endroit où l’on ne se concentre plus que sur l’amusement. Tout y est tellement bien travaillé : la musique, les lumières, les décors, les costumes, les moindres détails sont soignés et tout est fait pour vous transporter dans une parenthèse enchantée.
Alors oui, c’est sûr que c’est du fake, que cet univers est monté de toutes pièces et certains dénoncent ce côté faux et too much du lieu. En effet, c’est une mécanique bien huilée, où tout est fait pour donner envie aux gens de dépenser (puisqu’on est sollicités de toutes parts pour acheter ci ou ça) et de revenir. Certes. Et alors ?
Chacun est libre de choisir comment dépenser son argent, on travaille tous pour s’offrir des moments qui nous font du bien et si Disneyland en est un, pourquoi pas ? C’est un plaisir comme un autre.
Bien sûr que l’on sait que tout ça est fabriqué, que Disneyland ce n’est pas la vraie vie : on n’y va pas pour croire que la vie c’est Disney, on y va pour prendre son bol de féérie, sa dose d’amusement, de rire, de sensations, pour déconnecter du quotidien le temps d’une journée ou d’un week-end pour les plus chanceux, pour faire le plein d’ondes joyeuses et enfantines et ça, ça fait du bien. C’est simplement un moment exceptionnel, et c’est justement l’exception du lieu qui fait tout son charme.

Prolonger le plaisir

Maintenant que j’ai été mordue moi aussi, j’essaie d’y retourner de temps en temps, en bénéficiant du tarif avantageux des « places amis » de mon frère grâce à son pass annuel. Et ce dont je rêve désormais concernant Disneyland, c’est de prolonger la magie au-delà d’une journée. J’adorerai pouvoir me plonger un peu plus dans l’univers et avoir la chance d’y passer une soirée et une nuit.
J’imagine que séjourner au cœur de Disneyland pour une nuit doit avoir un côté féérique que j’aimerais vivre au moins une fois. Passer la soirée dans le parc, traîner dans les rues et les magasins qui ont chacun leur univers, séjourner dans un hôtel marqué par l’esprit de Disney, se laisser transporter dans cette ambiance, s’endormir dans un monde féérique et s’y réveiller le lendemain : j’avoue que ça réveille mon âme de petite fille et les envies de princesse enfouies en moi.
Alors qui sait ? Peut-être qu’un jour je trouverai quelqu’un partant pour cette expérience magique et que je m’offrirai ce petit plaisir d’exception.

En attendant je vous laisse avec les images de cette journée, qui m’a faîte basculer du côté Disneyland addict. 😉

hello-melo-blog-with-love

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager cet article :